Ayant développé des troubles chroniques de la voix et ne profitant que de soulagements temporaires lorsqu’il suivait les conseils de son médecin, Alexander a réfléchi et s’est posé la question suivante :

Serait-ce quelque chose que je fais en utilisant ma voix qui cause ce problème?

Il en est venu à comprendre qu’il y a une relation innée, dynamique et critique du cou à la tête, du cou et de la tête au torse et aux membres : un « contrôle primaire » qui règle l’équilibre des forces de tension dans toute la musculature pour faciliter la coordination et l’aisance du mouvement. Son mauvais usage entrave grandement le bon fonctionnement de l’organisme, accélérant l’usure qui contribue à l’inconfort, à la maladie et aux blessures.

Ses expériences ont montré, à un moment où la maladie était clairement divisée en catégories purement physiques ou mentales, qu’une personne, en toutes circonstances et dans toutes les sphères de l’activité humaine, réagit à un stimulus comme un tout psychophysique. C’est une réalité que nous prenons maintenant mieux en considération lorsque nous traitons des maladies, des inconforts et que nous nous formons à l’art de vivre.

Il a consacré sa vie à l’enseignement des principes de sa technique. Son travail est enseigné dans le monde entier.

Un compte-rendu détaillé de son brillant cheminement se trouve dans L’Usage de soi par F.M. Alexander.


Une question d’habitude… et de principes

En quelques mots